Douceurs d'enfance... on déguste !

Publié le par DS

(Spéciale dédicace à Emilie - de Dieppe ! Smack, smack - , qui l'avait plébiscité lors du Concours des 1000, et aussi à Alba qui aime tout particulièrement les billets d'humeur... Bisous Alba !)*

Petits mots d'enfant


L'enfance, c'est doux comme un petit mot poilant zozoté avec un ceveu sur le bout de la langue.
Délicieusement tiède comme une petite mimine glissée dans la tienne (ah tiens, ça colle un peu. Bizarre, pourtant j'avais bien dit de se laver les mains en rentrant, il y a trois heures...).
Sucré comme un goûter, un vrai, un goûter de 4 ans et demi ("Ah ? Y'avait plus que des petits pains nature ?... Ben tu peux enlever le nature et mettre du Nutella ?...").
Ha oui, sucré et collant comme une cuillerée de Nutella.
Sucré. Comme... un Carambar.
Un  Carambar tout mou...
Un Carambar tout mouillé collé au canapé !!!
"Je savais plus où il était."
Là-dessus, on se dit que nous, petits, on n'aurait jamais osé ça et là-dessus, on se trompe. (Souviens-toi bien...) Un enfant est un enfant.
Cette insouciance à la limite de la perversité...

- Quoi ? L'enfant serait-il donc en fait un pervers polymorphe ??? Alors ça, première nouvelle !

Mais en y réfléchissant ça se peut bien.
(Ne pas confondre toutefois avec le pervers polymorphe affreusement mal élevé - oui, tu te souviens peut-être du très charmant "Quoi, c'est ça le déjeuner ?!!" lâché par un petit invité ulcéré devant un repas sans frites - ô affront ultime - et par un gâteau d'anniversaire en bonne et due forme. "J'aime pas le chocolat." -) -

Enfin, perversité...? Insouciance, totale insouciance surtout.
("Mais... Mais la salle de bain est inondée !!! Il s'est passé quoi, dis-moi ?!..."
Mine penaude.
"J'ai joué à Poséidon."
Et c'est ça, et invitons tout l'Olympe à batifoler dans la baignoire pendant qu'on y est ! Plus on est de fous plus on rit, et de toutes façons c'est pas les dieux qui vont faire le ménage.)

Et puis cet imaginaire, tellement présent que pour un peu, on y croirait nous aussi. En visite dans un château, tiens... Toi aussi te mettre à gémir de frousse au moment d'entrer dans ce qui est annoncé comme " la chambre du roi" : "Non, non, non, j'veux pas le voir, le roi !"...
Et on t'en passe, et des meilleures.
"Quand je serai grande, je serai le petit Jésus."
Mais oui, pas de problème. Et donc moi je serai la Sainte Vierge. Tout va bien, tout est normal. De là, le "Moi je suis née dans une étable" asséné d'un coup à la voisine, dans l'ascenseur, coule de source et t'étonne à peine.

Et puis... après... Les rêves auxquels ils croient se transforment en chimères de plus en plus vagues, peu à peu contaminées par ce qu'ils absorbent au fil des jours au contact de la société (de consommation)...   "Maman, si on achetait un pouvoir magique... je pourrais ranger ma chambre comme ça, clac !"

Ils grandissent.
C'est ce qu'il faut !
Et comme on le sait, on déguste ces petits moments où l'agacement se mêle à la tendresse.
Et on voudrait bien faire durer la dégustation...

Imaginaire enfants bons mots

* Les amies, je suis certaine que vous en avez bien d'autres, des tordantes, des désopilantes, des insoutenables... à nous raconter ! Vite, vite, les commentaires vous sont ouverts !

Publié dans Humeur, Enfants

Commenter cet article

Mamily 15/04/2021 11:05

Merci pour ce bon moment...un vrai régal!
On devrait penser à les noter pour ne pas les oublier
En voici un de mon petit dernier, il avait 4 ou 5 ans(il en a 30 maintenant):
Sa voiture téléguidée reçue à Noël ne fonctionnait plus très bien. Il vient me voir tout dépité pour que je puisse la réparer. Après examen de la chose, je lui dis qu'elle avait des faux-contacts...et lui d'un air suppliant me demande: Ô Maman, on ne pourrait pas acheter les vrais-contacts...!!

Un autre mot d'enfant?
Une de mes filles, lorsqu'elle jouait à la dînette, aux petites voitures, à l'école... pour dire qu'elle faisait pour de faux (comme disent les enfants) elle, elle faisait les choses en plastique!...ayant déjà bien conscience à cet âge que le plastique ne vaut pas tripette...!
Aller un dernier:
Un autre de mes filles (6 ou 7 ans) était en vacances chez des amis. Arrive une autre amie, A... va lui dire bonjour et cette amie lui demande: Tu es en vacances ici jusqu'à quand? Après réflexion, A...lui répond: Je rentrerai à la maison quand je n'aurais plus de culotte dans mon sac...!!!
Ah, le bon sens des enfants! Les parents devraient bien en prendre de la graine.
Et on se sert tous, dans la famille, de ces réflexions quand l'occasion se présente...
Trop chou!!!

SuperMadame 15/04/2021 16:21

Excellent ! Vraiment excellent. Le coup de "je rentrerai quand je n'aurai plus de culottes", franchement, c'est désopilant. Et celui de "faire les choses en plastique", écoute, je le garde comme un petit bonbon, la poésie en prime. Ta petite préfigurait, bien avant l'heure, l'expression "en carton" qu'utilisent maintenant les ados pour désigner tout ce qui n'a pas l'air bien assuré !

regine 14/04/2021 12:31

et oui certains mots ou certaines questions nous tombent dessus sans crier gare et çà peu être charmant, véridique, parfois donner envie de se fondre en l'homme invisible, mais après coup que de bons souvenirs. une réflexion d'un de mes cousins qui devait avoir dans les 3 ou 4 ans, et c'était lointain dans le temps vers 1936 ou 37 , ce qui m'a été raconté par ses parents plus tard car je n'étais pas née a l'époque, ma tante sa maman était en ville et attendait pour prendre le tram avec mon cousin, quand arrive quelques religieuses qui a l'époque étaient en habits, et voilà que mon cousin se met a claquer des mains et crier "v'là les masques, v'là les masques !" ma tante aurait préféré être petite souris je vous l'assure.

SuperMadame 14/04/2021 18:39

Ha ha, les masques !.. Je comprends la gêne de ta tante, mais aussi le sentiment du petit garçon... ;-D

FLAMENT claudine 14/04/2021 10:56

bonjour Super Madame, que de souvenirs en vous lisant et venant en mémoire les mots ou phrases d'enfant de mon fils . "le ciel fait la mousse chantilly" nous étions allongés dans le jardin à regarder le ciel. Et le premier jour d'école à trois ans "tu me prêtes à l'école ! tu viens me chercher ! (?). maintenant il a une petite fille de deux ans....!! souvenirs, souvenirs quand tu nous tiens !! bonne journée

SuperMadame 14/04/2021 18:46

Oh, que c'est joli l'image de la "mousse chantilly". Quant à l'école à laquelle tu devais juste "prêter" ton petit garçon, surtout pas plus ;-) le sentiment d'inquiétude face à l'inconnu dont cela témoigne, et que les enfants connaissent sans pour autant l'exprimer ouvertement, me touche beaucoup. Et puis ça me rappelle la réaction de ma soeur au midi de son premier jour de classe : soulagée, et repartie comme en 40 parce que ça y était, elle y était allée, à l'école. Une bonne chose de faite, elle pouvait passer à autre chose... ;-D

FLAMENT claudine 14/04/2021 10:55

bonjour Super Madame, que de souvenirs en vous lisant et venant en mémoire les mots ou phrases d'enfant de mon fils . "le ciel fait la mousse chantilly" nous étions allongés dans le jardin à regarder le ciel. Et le premier jour d'école à trois ans "tu me prêtes à l'école ! tu viens me chercher ! (?). maintenant il a une petite fille de deux ans....!! souvenirs, souvenirs quand tu nous tiens !! bonne journée

Marie 04/05/2019 11:57

Quel plaisir de lire ces mots d'enfants très souvent plein de bon sens et d'innocence . Je me souviens de ma fille lorsque je lui avais préparé des endives pour le repas. Voyant la grimace qui se devinait je lui dis "Goûtes, tu verras c'est délicieux" et sa réponse qui m'a laissée sans voix "J'aime pas les licieux"
Et ma cadette à qui je venais faire le bisou du soir que je trouve à genoux dans son lit " Petit Jésus, protégez ma famille et la votre" belle leçon d'altruisme....Les enfants sont grands et parents mais les souvenirs restent

SuperMadame 05/05/2019 08:44

"J'aime pas les licieux !" Ha ha, c'est sûr qu'ils ne s'en laissent pas conter ! Quelle répartie, ça me fait penser au "ta salade, elle est trop ponée"... (par opposition au "bien assez zonée"... ) !

Alba 03/05/2019 14:51

J' ai adoré celle de Poseidon, elle m' aurait fait fondre celle-là...
C' est tellement loin tout ça pour moi !

En ce moment c' est ma dernière qui me trimbale en voiture partout où je vais.
Vivent les temps modernes et les bébés au volant !
On peut se demander lequel du stress ou du gâtisme me fait oublier tous ces petits moments que je m' étais juré de retenir toute ma vie ?
Tu as bien fait de les noter.

SuperMadame 05/05/2019 08:41

Oh, ma chère Alba ; si les mots s'envolent, ce n'est pas très grave je crois... ce qui compte, c'est que l'émotion reste. Je t'embrasse encore !
;-)

Alba 03/05/2019 14:38

Ooooh un bisou spécial rien que pour moi !!!
Ca fait plaisir, ???? merci SuperMadame !

Daphné 03/05/2019 09:57

Ha, les mots de l'enfance... C'est bien loin pour moi. Je pourrais raconter en revanche tout plein de mots d'adolescence, mais c'est nettement moins poétique (et sans vouloir freiner les élans poétiques des lectrices de ce post, il s'agit malheureusement d'une évolution inévitable !). Heureusement que cette période ingrate ne dure pas !

Heureusement, quelques souvenirs tout mignons me sont restés :

- à l'école maternelle ou je profitais de mes vendredis de RTT pour faire la lecture aux enfants de l'école de ma bougresse classe par classe selon leur âge, avec la participation des ATSEM :
« Qu'est-ce qui coupe, les enfants ? Est-ce qu'un rasoir, ça coupe ?» Ma chipie, quatre ans, se lève poliment et déclare avec conviction devant toute la classe : « Ah, oui, ma maman, elle utilise un rasoir pour se raser les jambes ! »

- La même bougresse au même âge, un jour qu'elle était pensive et que je lui demandais si elle allait bien : « Maman, le Bon Dieu, il est dans le Ciel et nous, on n'est que des Playmobil ! »

La même un an plus tard, lorsqu'on lui demande ce qu'elle veut prendre comme dessert : « Un yaourt à la nature ! ».

Voilà, c'est loin tout ça, mais peut-être qu'un jour des petits-enfants s'y mettront ?

SuperMadame 03/05/2019 10:28

Ha ha "Nous on n'est que des Playmobils", excellentissime !!!